Fort de Vaujours :


La responsabilité de l’Etat en question !

Fort de Vaujours :


L’irresponsabilité totale des services de l’Etat

 

Plus de 400 personnes ont répondu à l'appel de notre dernière manifestation, en date du 17 mai dernier, pour exiger l'arrêt des démolitions et l'abandon définitif du projet de Placoplatre sur le Fort de Vaujours.

Le 12 mai dernier, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a considéré que le protocole de démolition mis en œuvre par Placoplatre pour détruire les 26 premiers bâtiments du Fort ne présentait pas de garanties suffisantes pour assurer la protection des travailleurs, du public et de l'environnement au regard des risques radiologiques. Cet avis a été rendu alors que la première tranche du chantier était déjà en passe d'être terminée. À ce jour, il subsiste encore plus de 150 constructions à démolir. 

Le directeur d'exploitation de Placoplatre, à la divulgation de cet avis, a osé déclarer, par voie de presse, qu'il n'avait pas "d'état d'âme" : Ce cynisme devant le fait accompli n’est pas acceptable.


Article du Parisien : http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-saint-denis-93/vaujours-la-demolition-des-batiments epinglee-17-05-2014-3847591.php


L'avis de l'IRSN démontre d'une manière indiscutable que les travailleurs et les riverains ont été mis en danger et cela dès le début des opérations de destruction du Fort.

Au delà des pollutions déjà avérées sur ce site, ce sont maintenant les expérimentations réalisées à partir de béryllium qui sont inquiétantes.


  1. Les expérimentations au béryllium : http://blog.gagny-abbesses.info/post/2014/05/07/Fort-de-Vaujours-%3A-Le-B%C3%A9ryllium


Le béryllium fait partie des produits chimiques les plus dangereux. Ce métal utilisé dans le nucléaire est non radioactif mais il est extrêmement toxique pour l'homme. Toute manipulation du béryllium comporte un risque très grave pour la santé. 

L'inhalation de poussières et autres fumées véhiculant des particules de béryllium peut, même à très faible dose et après l'arrêt de l'exposition, provoquer des cancers, ainsi qu'une autre maladie mortelle : la bérylliose.

En plus de la présence désormais avérée de contaminations à l'uranium, nous avons toujours pointé la quasi-absence d'analyse des sols au niveau des risques liés au métaux lourds ainsi qu'aux pollutions chimiques et pyrochimiques.


En effet, des contaminations à l'uranium, trouvées par nos membres en 2011, ont été officialisées devant huissier de justice le 25 février dernier. Ces contaminations ont été niées pendant plus de 3 ans par Placoplatre. Par la force des choses, le 15 avril dernier, l'IRSN et l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ont été contraints d'admettre officiellement que le Fort de Vaujours ést toujours contaminé.


Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.


  1. Lire le rapport technique CRIIRAD mis en ligne le 16 avril 2014 

   : http://www.criirad.org/vaujours/notecriirad-14-05-vaujours.pdf


  1. Lire le communiqué de presse CRIIRAD du 26 février 2014 :

http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf


Irresponsabilité et incompétence ne peuvent perdurer alors que les projets d’exploitation de ce site annoncent qu’il faudra achever la destruction des infrastructures du Fort, déplacer des millions de m3 de terres puis éclater la pierre à plâtre du massif de l'Aulnoye à coups d'explosifs ?


Quand le ministère de l'Environnement et les services de l'État vont-ils enfin prendre leurs responsabilités ?


Quand le ministère de la défense va-t-il enfin lever le voile sur les secrets qui pèsent sur ce lieu de conception des détonateurs des bombes atomiques françaises ?


Quand les préfectures vont-elles enfin prendre la pleine mesure des risques en cours et à venir que le projet de Placoplatre fait peser sur les travailleurs et les populations riveraines ?


Quand les élus des villes concernées vont-ils faire ce qui est nécessaire et indispensable pour faire stopper les démolitions en cours et mettre un terme à ce projet délirant aux portes de Paris ?


Le 17 février 2014, des associations du collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi qu’Ile de France Environnement ont adressé un courrier officiel au ministre de la défense. Pour des raisons de sécurité et de santé publique, il était demandé au ministre de transmettre les informations détaillées permettant la localisation précise de l’ensemble des ouvrages susceptibles d’être contaminés en profondeur d’un point de vue radiologique, chimique et pyrotechnique.




Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

  1. Lire le rapport technique CRIIRAD mis en ligne le 16 avril 2014 :

  2.    http://www.criirad.org/vaujours/notecriirad-14-05-vaujours.pdf


  3. Lire le communiqué de presse CRIIRAD du 26 février 2014 :

  4.   http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf


Près de 4 mois après notre courrier, la réponse du ministère de la défense donne un quitus total aux activités du CEA en oubliant ou ignorant consciemment tout ce qui s’est passé sur le Fort de Vaujours de 1955 à 1997, en prétextant que cela n’est pas de sa responsabilité.

Le CEA est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC); à ce titre il dispose d’une autonomie financière et administrative, mais l’Etat ne peut se soustraire à sa responsabilité quant aux risques et nuisances liées aux activités de cet organisme public de recherche scientifique sur le Fort de Vaujours.

 

Le ministère de la défense assure dans ce courrier que le CEA a toujours fait preuve de la plus grande transparence. Il déclare notamment que de nombreuses informations sont consultables sur internet et ose citer en exemple le site internet de Placoplâtre dédié à la communication autour de leur projet d’exploitation des sous-sols du fort !!!

Donner en exemple, un site internet de la société Placoplâtre pour l’obtention d’informations objectives sur le sujet, ne trompe plus sur les ramifications de cette société privée jusqu'au sommet de l'État français au point d’influencer les positions officielles du ministère de la défense.

Pour finir, le ministère botte en touche et nous demande de nous rapprocher des préfectures et de continuer de participer aux commissions stériles organisées sur le sujet depuis 2011, tandis que le 25 février dernier, il a été démontré que le site était toujours contaminé à l'uranium et que Placoplâtre a entamé depuis, sans état d'âme, la destruction du fort avec un protocole, rejeté par l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), qui n'apporte pas de garanties suffisantes pour la santé des travailleurs et des populations riveraines.


Cette réponse écrite est indigne d'un ministère de l'État Français et d'un pays "démocratique" tel que la France, elle démontre un abandon total des services de l'État pour la préservation de la santé des travailleurs et des populations des villes riveraines (Courtry, Coubron, Vaujours et Villeparisis) au profit des intérêts économiques d’une société privée.

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 1

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 2

Une Commission de Suivi de Site (CSS) autour du Fort de Vaujours a été créée par les préfectures de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Une première réunion aura lieu, le 02 Juillet 2014 à Melun. Il convient de préciser que la ville de Melun est située à plus de 60 kms du Fort de Vaujours et nombreux sont ceux qui déjà en vacances ne pourront y participer !!!


Le collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi que la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) en ont été exclus tandis que la société Placoplâtre pourra se faire assister d'experts du CEA et l'Autorité de Sûreté Nucléaire de techniciens de l'IRSN !!!


Cette commission a été voulue par le ministère de l'environnement et les préfectures ont choisi délibérément de ne pas inviter les acteurs majeurs de ce dossier qui "dérangent".

Cette nouvelle manœuvre des services de l'État Français pour enterrer ce dossier au profit des intérêts d'une société privée est tout simplement inqualifiable, il n'y a pas d'autres mots.

>> Lien vers le document de constitution de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours - AI_CSS_Fort_de_Vaujours_18_juin_2014.pdf

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige donc toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du CEA sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997, l'arrêt immédiat des démolitions en cours et l'abandon définitif du projet d'exploitation du site par la société Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  1. Nature Environnement 77

  2. Villevaudé... Demain

  3. Les Abbesses de Gagny-Chelles

  4. Environnement 93

  5. UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)

  6. Les Amis de Carnetin

  7. AJT Rando

  8. Marne et Gondoire à Vélo

 
Retour AccueilAcceuil.html